La News

News publiée le 22/08/2008

bébé, défendre, immunité, diffu-sciences

Bébé se défend bien

La peau du nouveau-né produit proportionnellement plus de protéines anti-infectieuses que celle de l'adulte

L eau est tout un système de défense et de régulation. Elle offre une barrière mécanique à l?agression par toutes sortes d?agents : chimiques, physiques (les rayons du soleil par exemple), ou microbiens. Elle contribue au contrôle de notre température corporelle, elle nous protège contre les chocs, stocke des réserves dans sa graisse et contient de nombreuses terminaisons nerveuses sensitives qui nous permettent, consciemment ou non, de percevoir l?état de notre environnement. Enfin elle procède à des échanges d?eau et d?ions mais chez les mammifères (donc chez l?homme aussi), cette fonction est moins intenses que chez d?autres animaux.

Un rôle anti-infectieux

Comme système de défense contre les micro-organismes, elle est le siège de nombreuses cellules de l?immunité. Mais ce n?est pas tout : on sait qu?elle secrète des protéinés de type antibactérien qui exercent une action destructrice sur les microbes. Ainsi, la quantité de ces bestioles est maintenue suffisamment basse pour qu?elles ne puissent pas nous nuire. L?infection ne survient que lorsque la quantité de microbes s?accroît fortement suite à une contamination, ou lorsqu?il s?agit de microbes capables de déjouer nos défenses, que ces défenses sont affaiblies pour une raison ou une autre ou encore que la peau est blessée. On a toujours considéré que la peau du nouveau-né était plus fragile que celle de l?adulte. C?est vrai sous certains aspects mais ce n?est pas vrai à tous les points de vue. Par exemple, elle est plus mince et moins « cornée » en bas âge que par la suite.

Pas de problème pour le bain

Mais il y a des aspects où elle semble être mieux armée que celle de l?adulte. Ainsi, des chercheurs viennent de mesurer la quantité de protéines de défense anti-infectieuse produites par la peau du bébé en bonne santé et de la comparer à celle des adultes. Et c?est la surprise : à la naissance, la concentration de certaines d?entre elles par rapport à l?adulte était cinq fois plus élevée. Notion intéressante : le premier ban ne fait pas disparaître ces protéines. On peut donc considérer qu?il n?affaiblit pas les défenses du petit bonhomme, contrairement à ce qu?on avait pu craindre.

Dr Sophie Florence (Paris)
J. Pediatr 2008 ; 152 : 777-81.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge