La News

News publiée le 16/06/2008

hypertension, diffu-sciences

Cinquante ans de traitement de l'hypertension

On dispose de médicaments très efficaces et pourtant l'hypertension n'est pas suffisamment traitée. Pourquoi ?

On connaît l'hypertension depuis le début des années '20 mais à l'époque, ne s'en inquiétait pas beaucoup. Un éminent médecin de l'époque a même pu dire que, pour l'individu, « le pire danger de l'hypertension était qu'on la découvre», parce que cela allait changer la vie de cette personne. En effet, la seule riposte dont on disposait, ou à peu près, était le régime sans sel strict : inutile de dire que la vie avait perdu beaucoup de son ... sel.

Des progrès appréciables

Les choses ont bien changé depuis lors. Certes, on conseille toujours de limiter (et non plus de supprimer) les apports en sel mais des médicaments ont peu à peu fait leur apparition. Voici une cinquantaine d'années maintenant que cette ère de prise en charge moderne a débuté. C'était l'occasion pour la firme Merck Sharp & Dohme, qui développe des médicaments dans ce domaine, d'organiser dans le cadre du Congrès de la Société Européenne de l'Hypertension, une réunion scientifique visant à faire le bilan de ce demi siècle de thérapeutique. Les premiers, médicaments, a rappelé le Pr Bryan Williams (Royaume-Uni), étaient relativement efficaces pour l'époque mais leurs effets secondaires n'étaient pas négligeables. Les vagues d'innovation se sont succédées sel à un rythme très régulier et on dispose aujourd'hui de médicaments très efficaces.

De nouveaux défis

Mais à mesure que les années sont passées, de nouvelles données sont apparues. Ainsi, tous les plus grands spécialistes sont aujourd'hui convaincus que dans la toute grande majorité des cas, il vaut mieux commencer à traiter l'hypertension par deux médicaments d'emblée, pour obtenir une normalisation rapide de la tension artérielle. Cette manière de faire protège mieux, a dit le Pr Giuseppe Mancia, contre les complications cardiaques et rénales graves qui surviennent à long terme si on ne se soigne pas bien. Il y a là un autre défi, a souligné le P Heribert Schunkert (Allemagne) : on estime qu'il y a en Europe deux cent millions de personnes hypertendues. La moitié seulement (100 millions) sont identifiées et ont eu un diagnostic d'hypertension. Mais la moitié encore soit 50 millions, sont traitées et il faut encore diviser par deux (25 millions) pour connaître le nombre estimé des patients hypertendus qui obtiennent de leur traitement des résultats satisfaisants. Et parmi les raisons qui expliquent les mauvais résultats chez les autres, il y a le fait que trop de patients ne suivent pas correctement leur traitement ou même l'abandonnent carrément. Bref, on peut largement améliorer les choses.

Dr Rachid Benabdillah
-


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge