La News

News publiée le 17/03/2010

La boisson des ados, diffu-sciences

La boisson des ados

Phénomène émergent depuis quelques années, le binge drinking a de quoi inquiéter.

La prise compulsive de boissons alcoolisées (bing drinking) est devenue un phénomène mondial. Une enquête européenne menée auprès des adolescents de 16 ans dans 35 pays a révélé que 43% des jeunes interrogés avaient eu un épisode au cours des 30 jours qui précédaient leur interview. Dans cette enquête, le binge drinking était défini comme la prise d’au moins cinq boissons alcoolisées par épisode. Au Royaume-Uni et au Portugal, le pourcentage des jeunes concernés dépassait les 50%.

Un raté

Plusieurs instances médicales dans le monde se sont inquitées depuis longtemps de cette situation et l’American Academy of Pediatrics américaine a proposé aux médecins de terrain de s’impliquer dans une approche qu’elle a appelée SBIRT (Screening, Brief intervention, and Referral for Treatment).

Malheureusement, la plupart des adolescents qui se rendent dans les structures de soins ne reçoivent pas le soutien approprié. Il y a à cela plusieurs raisons mais l’une d’entre elles est sans doute l’inadaptation des mesures à la situation de ces jeunes. Ainsi par exemple, les propositions de prise en charge sont conçues, sans tenir compte de l’évolution des individus avec l’âge, pour des jeunes de 10 à 24 ans sans autre distinction. Or, la palette des âges des « binge drinkers » est bel et bien dans cette fourchette puisqu’elle va de 12 à 24 ans, mais on se rend bien compte qu’il y a une énorme différence entre ces deux limites. D’ailleurs, le phénomène émerge le plus souvent entre 15 et 17 ans. Bref, le problème reste entier.

Recommandations

L’Académie américaine de Pédiatrie recommande donc d’évaluer en routine la consommation d’alcool des ados en la considérant comme un facteur de risque comportemental. Elle insiste sur la nécessité de reconnaître chez les jeunes les symptômes de l’abus d’alcool. Elle souligne aussi l’importance d’une discussion régulière avec les jeunes sur les dangers de cet abus et sur les conseils à donner contre sa consommation. L’Académie attire l’attention des parents sur les risques d’une permissivité trop précoce. Et lorsque des problèmes sont constatés, elle recommande instamment de référer le jeune patient à des spécialistes compétents pour l’évaluation et la prise en charge.

La rédaction
Calrk DB, Moss HB. Providing alcohol-related screening and brief interventions to adolescents through health care systems : obstacles and solutions. Plos Medicine 2010 ; 7(3) : e1000214.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge