La News

News publiée le 12/11/2009

Oreille, surdité, implant, diffu-sciences

Innovation pour la surdité

Un implant auditif de nouvelle génération est disponible dans deux institutions universitaires. Il fait appel à une technologie largement novatrice.

Un implant auditif de nouvelle génération, basé sur une technologie de pointe qui utilise le tympan comme microphone naturel, est désormais utilisés aux cliniques St-Luc(UCL) et St-Pierre (ULB) de Bruxelles. Cette technologie minimise les distorsions acoustiques, les bruits de fond et les larsens qui peuvent se produire avec les appareils auditifs conventionnels s’appuyant sur un microphone physique externe. Discuter dans un restaurant, au sein d’un groupe ou dans tout environnement plus ou moins bruyant est désormais possible pour certains malentendants.

Esthétique et confort

Implanté sous la peau derrière l’oreille, cet appareillage est complètement invisible. Il permet au patient de vivre tout à fait normalement : faire du sport, aller à la piscine, écouter son baladeur ou téléphoner avec son GSM sans aucun problème.

Une fois implantée, la prothèse auditive ne nécessite aucune maintenance. La pile peut durer jusqu’à neuf ans en fonction du niveau d’utilisation. Au bout de cette période, une simple intervention sous anesthésie locale est nécessaire pour changer la batterie.

Les composants et matériaux utilisés sont les mêmes que ceux des stimulateurs cardiaques et des autres produits médicaux actifs implantables. Il y a donc très peu de risque de rejet  Cet implant, appelé Esteem et conçu par la firme Envoy Medical, améliore la capacité d’audition des adultes présentant des déficits moyens à sévères de l’oreille interne. Pour bénéficier de cette technologie, il faut rassembler un minimum de critères. Ceux-ci sont une surdité de perception (c’est-à-dire de l’oreille interne) stable entre 30 et 100 décibels sur les fréquences parlées entre 500 et 4000 hertz, une compréhension vocale d’au moins 40%, une fonction normale des trompes d’Eustache, une anatomie normale de l’oreille moyenne et un espace anatomique suffisant pour l’implant auditif. Cet implant ne peut malheureusement pas être mis en place chez les patients ayant subi une chirurgie de l’oreille ou dont l’oreille se détériore rapidement.

Une technique bien maîtrisée

L’intervention est pratiquée sous anesthésie générale et dure environ quatre heures car des tests de l’appareil sont réalisés pendant la chirurgie pour vérifier que l’implant fonctionne parfaitement. Cette opération nécessite ensuite une brève hospitalisation (maximum 48 heures). L’appareil lui-même n’est activé qu’après cicatrisation complète, soit environ huit semaines plus tard. Bien que reconnu par l’INAMI, cet implant auditif n’est toutefois pas encore remboursé par la sécurité sociale. En attendant, certaines assurances hospitalisation le remboursent déjà.

La Rédaction
-


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge