La News

News publiée le 06/05/2009

Belge & boissons, diffu-sciences

Le Belge noyé à propos des boissons!

Nos concitoyens sont au courant de la nécessité de boire pour préserver leur santé. Mais lorsqu’il leur est demandé comment s’hydrater correctement, les choses se compliquent, comme le montre une enquête récente.

Une enquête de perception a été réalisée il y a peu dans le but de comprendre la perception qu’ont les Belges vis-à-vis des boissons et de leur consommation et pour se faire une idée des habitudes de consommation de ceux-ci en termes de boissons. Près de 525 participants de plus de 15 ans ont été interrogés.

Est-ce important de boire ?

Lorsqu’on demande aux participants s’il est important de boire, ils répondent majoritairement (68%) que c’est vital pour la santé. Cependant, peu de nos concitoyens connaissent avec exactitude les conséquences d’une hydratation insuffisante. En effet, seuls 64% d’entre eux savent qu’elle peut entraîner des maux de tête, 59% ont conscience qu’elle peut être à l’origine de la fatigue et enfin, à peine 29% des répondants savent qu’une sous-hydratation peut être à l’origine d’une irritabilité.

En revanche, les Belges sont tout à fait au courant des quantités de boissons à ingérer quotidiennement. C’est ce qui ressort de l’étude puisque 91% des participants ont répondu que la quantité de boissons à consommer chaque jour était de minimum 1,5 litre, chiffre qui correspond aux recommandations des professionnels de la santé.

Malgré cela, nous ignorons, pour la plupart d’entre nous, que notre corps élimine quotidiennement entre 2 et 3 litres de liquides via la transpiration, les urines, l’expiration, … Seuls 13% de nos compatriotes estiment correctement ces pertes. Et lorsque les questions portent sur les besoins en eau des enfants, le Belge semble encore plus noyé ! Seule une personne sur quatre connaît la quantité exacte à leur fournir, à savoir 1,6 litre pour un enfant âgé de 6 ans.

La diversification comme clé?

La majorité des Belges est persuadée de boire suffisamment (85% d’entre eux). Ce n’est malheureusement pas le cas si on ne tient compte que des boissons situées à la base de la pyramide alimentaire (eau, café, thé et boissons rafraîchissantes non sucrées ou light) puisque seuls 25% de nos compatriotes atteignent les objectifs en termes de boissons. En revanche, si toutes les boissons sont prises en compte, hormis celles qui contiennent de l’alcool, les objectifs sont alors plus facilement atteints.

Il semble donc que la diversification des boissons soit un moyen efficace de satisfaire les besoins hydriques quotidiens. Tous les Belges ne l’ont malheureusement pas encore bien compris puisque moins de la moitié des personnes interrogées (49%) pensent que diversifier les boissons influence positivement l’hydratation journalière.

Plus alarmant encore, près de 30% de la population nationale pensent que les boissons alcoolisées contribuent à satisfaire les besoins hydriques quotidiens. Or, ces boissons s’inscrivent dans une catégorie bien distincte étant donné leur faible teneur en eau et l’effet déshydratant de l’alcool.

Le Belge ignore ce qu’il boit!

Nos concitoyens, lorsqu’ils sont interrogés sur leurs habitudes de consommation, citent en premier les boissons rafraîchissantes (49%), devant le café (19%) et l’eau (18%). Or, une enquête de consommation alimentaire réalisée en 2004 semblait indiquer que les Belges buvaient essentiellement de l’eau (38%), à savoir près de deux fois plus que le café (21,1%) et trois fois plus que les boissons rafraîchissantes (12,2%).

Les Belges ont également des difficultés à évaluer la contribution des boissons aux apports énergétiques quotidiens. Deux tiers des personnes sondées pensent que les boissons contribuent à raison de plus de 30% aux besoins énergétiques journaliers ou alors elles n’en ont aucune idée. En réalité, les boissons contribuent pour 14,3% aux apports énergétiques. Ce sont les boissons alcoolisées qui fournissent le plus de calories, à savoir 5,7% des apports quotidiens, contre 3,8% pour les boisons rafraîchissantes et 2,6% pour les boissons lactées.

La Rédaction
Le Belge ignore comment boire en suffisance. Communiqué de presse Coca-Cola. Mai 2009.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge